Comment Deezer peut vous aider à mémoriser vos cours

L'histoire est toujours la même lorsque j'écoute Clair de Lune de Debussy. Une multitude d'émotions et de souvenirs débarquent comme une tempête dans mon esprit, alors que je suis complètement obnubilé par les notes qui défilent à mes oreilles.


La puissance de la musique dans toute sa splendeur.

Gun's N Roses, Nirvana, Jimi Hendrix, Gojira, MJ, Eminem, Stellardrone, Dooz Kawa, Tchaïkovski, … A chaque artiste, les images sont différentes.

C'est là que je veux en venir. Il vous est sûrement déjà arrivé qu'un souvenir refasse surface après n'avoir senti qu'une odeur, goûté un plat ou entendu une musique. La musique est un lien, un rappel, un raccourci.

Alors que diriez-vous de l'utiliser pour mémoriser vos cours ? Plus précisément, pour en faciliter le rappel, c'est tentant, non ? C'est lier l'utile à l'agréable, exactement ce que l'on cherche à développer sur Marginal Sup.

Alors peu importe votre rapport à la musique, vous bénéficierez de la technique décrite dans cet article.

C'est parti !

Pourquoi ça marche ?

L'utilisation de la musique repose sur l'exploitation de la mémoire épisodique. C'est elle qui est chargée de stocker vos souvenirs, ce qui vous permet de vous construire en tant qu'individu. Chaque souvenir peut être résumé par :

  • Un objet (événement, personne, ...)
  • Un contexte (où, quand, ...)

Parfois, vous vous souvenez d'un événement passé, mais le contexte vous échappe. « On s'est déjà rencontrés, mais je ne sais plus où ».
D'autres fois, c'est l'inverse, mais il est plus rare d'en prendre conscience.

Très souvent, vous recherchez l'objet du souvenir. Se remémorer le contexte améliore grandement la restitution de l'information, c'est sur ce principe que repose une grande partie des techniques de mémorisation.

Ces techniques prennent parfois du temps à mettre en place, car elles ne sont pas naturelles et/ou acquises. En effet, vous devez rééduquer votre cerveau avec ces nouvelles techniques d'apprentissage, car la plupart d'entre nous a eu droit au par cœur dès les tables de multiplications. Et puisque cela a fonctionné une fois, l’École nous en a fait conclure qu'apprendre se faisait par le matraquage.

Un véritable gâchis, mais passons.

L'utilisation de ces méthodes exige un investissement en temps. Que diriez-vous maintenant d'améliorer vos capacités mémorielles à l'aide d'une simple habitude, naturelle pour votre mémoire ? Ce serait formidable, non ? 

Eh bien c'est possible, simplement grâce à la musique, car vous aller la transformer en contexte d'apprentissage.

Associez vos cours aux musiques


Tout au long de ce post, vous allez apprendre à modeler votre contexte d'apprentissage afin de l'utiliser à votre avantage.

Le principe est simple, vous allez associer vos cours à des musiques. Voilà, fin de l'article, merci beaucoup d'être passé.

Bon, en réalité, c'est un peu plus subtil, mais vous ne vous attendiez pas à un remède miracle, si ?

Créer ces associations nécessite un peu d'organisation. Chaque cours devra être associé à une musique ou une playlist. Vous allez donc réaliser une fiche sur laquelle vous allez lister tous vos cours (matière par matière). L'objectif ici est que vous puissiez prendre conscience du nombre de cours différents que vous devez maîtriser.

Gardez cette fiche de côté, elle va vous servir.

Maintenant, vous allez devoir créer vos associations cours par cours. Musique ou playlist, cela dépend de vous et de vos habitudes de travail. Alors avant de choisir les musiques, vous devez déterminer comment vous les utiliserez.

Envie d'aller plus loin ?
Comment apprendre facilement et efficacement ses cours ? Le guide gratuit !

La musique et vous

1) Pendant votre travail

Si, comme moi par exemple, vous avez l'habitude de travailler en musique, que celle-ci ne vous dérange pas car, avec ou sans, vous restez concentrés sur votre activité, alors vous pouvez associer vos cours à des musiques que vous écouterez pendant que vous travaillez.

Dans ce cas, vous avez donc le choix entre playlist et musique seule. Que choisir ?

Cela dépend de trois facteurs :

  • Les musiques pour lesquelles vous allez opter

  • La durée de vos sessions de travail (en fonction de vos cours)

  • La diversité de votre culture musicale

Le choix des musiques : Si vous décider d'utiliser des musiques telles que « Atom Heart Mother Suite » de Pink Floyd (24 minutes – cette version !!!) ou la symphonie n°40 de Mozart (+ 40 minutes), il est possible que vous vous contentiez d'une seule d'entre elles. Au maximum, vous la répéterez deux fois, sinon cela devient lassant.

La durée de vos sessions de travail : Si vous devez passer 3 heures sur un seul cours, évitez d'écouter 42 fois le même titre et préférez une playlist. Si cette session ne dure que 40 minutes, il est possible d'en écouter qu'une seule.

La diversité de votre culture musicale : Peut-être êtes vous un grand amateur de musique, que vous écoutez de nombreux styles et artistes et pouvez parler de différents morceaux pendant des heures. Dans ce cas, vous n'aurez aucune difficulté à concocter de longues playlists. Mais si la musique est moins importante pour vous, que vous aimez simplement écouter la radio, vous n'êtes peut-être pas en possession d'une culture musicale suffisamment diversifiée. Il n'y a aucun mal à cela, cependant, créer une playlist par cours risque d'être difficile. Dans ce cas, je vous conseille plutôt d'écouter une musique avant de travailler.

En fonction de ces trois caractéristiques, c'est à vous de voir pour quelle méthode vous allez opter : pendant ou avant votre travail ?

2) Avant de travailler

Cette manière de procéder est « moins risquée ». Les chances de vous lasser et d'être déconcentré sont beaucoup plus faibles (retenez bien que si vous travaillez en musique, c'est que vous savez déjà le faire). 

Si vous décidez d'en écouter avant de travailler, alors il vous suffira d'en choisir une par cours, que vous écouterez systématiquement avant d'étudier le thème en question. Mais lorsque je dis « écouter », ça n'est pas simplement appuyer sur « Play » et ranger votre bureau en même temps. Non, vous fermez les yeux et vous vivez la musique, chaque instrument, chaque motif, chaque note doit résonner en vous. Ressentez toutes les émotions que le morceau puisse vous offrir et là, vous créerez un contexte puissant, efficace et mémorable.

Les erreurs à ne pas commettre

L'importance de votre concentration


Votre concentration est primordiale pour étudier efficacement. Alors je sais que je me répète, mais le simple fait d'écouter de la musique vous déconcentre, ne le faites pas et écoutez-la avant de travailler.

Les musiques invasives

Vous avez décidé d'utiliser la musique pendant vos sessions de travail. Vous vous apprêtez alors à les sélectionner afin de créer un contexte puissant.

Je dois vous mettre en garde. Bien que vous sachiez allier ces deux activités, toutes les musiques ne se valent pas. Évitez à tout prix les musiques invasives.

Vous pouvez considérer comme musique invasive toute musique qui vous fera lutter pour maintenir votre attention sur le cours.

Voici une liste non-exhaustive de ce qui est à éviter (selon mon expérience) :

  • Le rap : trop de paroles, votre cerveau est programmé pour écouter les mots qu'il entend.
  • Les chansons françaises : on se concentre beaucoup plus facilement sur sa langue natale. De mon point de vue, je trouve frustrant de ne pas comprendre ce que l'on me dit en français.
  • Les airs entêtants : loin de moi l'idée de vous insulter en insinuant que vous écoutez du Sébastien Patoche pendant vos études...mais si c'est le cas, arrêtez ! En général, les chansons répétitives vous déconcentrent.
  • Celles qui vous dérangent : Difficile d'apprécier une session de travail si la musique que vous écoutez sonne pour vous comme une alarme incendie.
  • Celles que vous adorez : Si l'envie de vous lever et de chanter en transformant votre trousse en micro ou de vous agenouiller en faisant du Air Guitar vous prend, évitez ces déclencheurs.

Bien sûr, cela dépend de chacun. Si la moindre chanson (avec des paroles donc) vous déconcentre, optez pour une musique. Si le moindre son de guitare électrique vous déchaîne, partez sur du « classique ».

Notez bien que cette liste s'applique à ceux qui travailleront avec la musique. Si vous les écoutez avant, cette liste serait bien différente (et beaucoup plus courte) car plus une musique vous émeut, plus vous vous en souviendrez, et donc créerez un contexte puissant.

Remémorez-vous le contexte


Une fois que vous avez associé chaque cours à une musique, il est temps d'effectuer un travail de rappel. Rassurez-vous, ce type de rappel est beaucoup plus rapide que réviser ses cours.

C'est une étape supplémentaire, qui s'ajoute à votre routine de révisions, avant de passer un examen par exemple.

Vous allez fermer les yeux (encore une fois oui). Ensuite, vous allez écouter la ou les musiques dans votre tête, chantonner, mimer si vous le voulez/pouvez, peu importe, mais imprégnez-vous au maximum du contexte associé à votre cours.

Cela revient à se replonger dans le contexte d'apprentissage et il a été prouvé plusieurs fois que se le remémorer permet d'améliorer la restitution de l'objet de l'apprentissage. C'est normal, vous vous souvenez ? Objet et contexte de sont intrinsèquement liés.

Envie d'aller plus loin ?
Comment apprendre facilement et efficacement ses cours ? Le guide gratuit !

Alors oui, ça n'est pas une technique de mémorisation, il n'y a pas de « ça marche » ou « ça ne marche pas », mais seulement « ça aide ». Et pour mesurer cette aide, il faudrait que vous effectuiez plusieurs tests avec et sans rappel du contexte d'apprentissage. Je peux vous garantir que cela marche.

Mais c'est à vous de tester, surtout que...

Ça ne coûte rien d'essayer !

Franchement, vous en avez pour combien de temps à créer votre liste et vos associations ? Une heure ? Deux peut-être ?

Disons même trois heures, n'est-ce pas peu cher compte-tenu des bénéfices que vous pourriez en retirer ? De plus, cela peut rendre vos sessions de travail plus agréables, donc plus efficaces.

Car non, il ne faut pas souffrir pour être efficace, au contraire ! Le professeur qui vous dira « Si vous sortez de cet amphi avec un mal de crâne, c'est que vous avez bien travaillé. » fait une parfaite erreur.

Alors vous n'avez aucune excuse ! Et si vous êtes parfaitement « overbookés », ne testez qu'avec 2 ou 3 cours. Même Gary Vaynerchuk trouverait le temps.

Dans tous les cas, j'espère que cet article vous a été utile, et que vous avez appris des choses, notamment l'importance du contexte pour le rappel. Si vous avez des questions, des remarques, des expériences à raconter, libre à vous de le faire en commentaire.

Maintenant, dites-moi, quelles sont vos recommandations ? Quelles musiques écoutez-vous pour travailler ? Êtes-vous adeptes des battements binauraux pour travailler ?

A bientôt dans un prochain article sur Marginal Sup !

(Cet article a été rédigé avec Vivaldi et mis en page avec Queen)

Cet article vous a plu ? Alors vous aimerez :

Valentin
 

En ce moment, Valentin doit encore être en train de chercher un moyen de changer l'Ecole. Il est très probable que cette l'idée l'obsède, mais puisque tous les étudiants en bénéficieront, on lui pardonne.

>