L’état d’esprit d’un « constant learner » (les 6 caractéristiques primordiales)

"Certains peuvent lire guerre et paix et conclure qu’il s’agit d’un simple roman d’aventure. D’autres vont parcourir les ingrédients listés sur un emballage de chewing-gum et y découvrir les secrets de l’univers."

Cette citation illustre parfaitement la manière de pensée d'un "constant learner".

Rien de bien sorcier derrière ces mots, un "constant learner" est une personne qui apprend en permanence, à partir de tout. Nous pourrions dire que nous sommes tous des "constant learners", n'est-ce pas ? Et qu'il existe une palette de dégradés allant du plus basique au plus extrême.

Pourtant, les différences entre ces nuances sont remarquablement significatives.

Vous avez sûrement un ami qui semble ne jamais prendre de pause, intellectuellement, qui questionne et se questionne en permanence, à en devenir presque ennuyant.

Ce genre d'ami qui, d'une seconde à l'autre, passe de la rigolade avec sa bande à une forme d'absence introspective.

Ce genre d'ami qui crée des liens entre des sujets qui ne semblent rien avoir en commun, comme si le monde tournait autour de ses réflexions. Pourtant ces liens font sens pour lui, même s'il a du mal à vous l'expliquer. De toute façon, "vous devriez le comprendre, non ?".

Peut-être êtes-vous cet ami.

Une capacité d'apprentissage fascinante

C'est sûrement la caractéristique la plus impressionnante chez ce genre de personne. Ils apprennent tout, très vite et de manière très approfondie. D'ailleurs, si vous connaissez déjà Marginal Sup, laissez-moi vous dire qu'un "constant learner" (j'entends par là un constant learner extrême) n'aurait que faire de ce site.

Nul besoin de techniques de mémorisation, de concentration, inutile d'apprendre à s'organiser car "tout rentre naturellement".

Apprendre facilement a un effet vertueux. Plus on apprend, plus cela devient facile, plus on en veut davantage. On le voit très souvent chez les polyglottes, qui parlent couramment 6 langues et en apprennent une 7ème avec aisance.

Ces personnes apprennent de manière exponentielle, là où la majorité apprend de manière linéaire. Ce qui crée un décalage immense. A votre avis, si nous partions à égalité (même socle de connaissances, même âge, même expérience de la vie) avec Léonard De Vinci, quelle serait la distance entre notre savoir et le sien au bout de 10 ans ? 

Combien de fois en saurait-il davantage sur le monde que nous ? 10 ? 100 ? 124 042 ?

Envie d'aller plus loin ?
Comment apprendre facilement et efficacement ses cours ? Le guide gratuit !

Un avantage à la naissance ?

Deux grandes théories s'affrontent encore et encore sur ce que l'on appelle "Le talent". Il y a la conception de la "table rase" et les autres.

Résumons le débat : l'esprit naît-il vierge ou non ?

Mais ce qui nous intéresse, ce n'est pas tant la ligne de départ que la ligne d'arrivée.

Le talent est très vite oublié au profit des compétences, des résultats. Dans mon esprit, j'imagine le talent comme quelques centaines de mètres d'avance au départ d'un marathon.

Naître avec l'oreille absolue ne garantie pas de grandes compétences musicales.

Alors voilà : peut-on devenir un "constant learner" ? Dans quelles proportions ? 

Les caractéristiques d'un constant learner

La curiosité

C'est, je pense, la caractéristique la plus fondamentale chez quiconque veut maîtriser un domaine de connaissances. On ne peut apprendre efficacement à contre-cœur.

Mais cela ne signifie pas qu'il soit nécessaire d'être curieux de tous les domaines de la vie.

Parfois, un constant learner semble être un parfait obsédé de son domaine, au point d'en devenir agaçant puisqu'il "ne parle que de ça".

Vous pensez à quelqu'un ?

Cette curiosité se développe, mais le meilleur moyen (le plus rapide et le plus efficace) est encore d'apprendre à se connaître : ses goûts, ses centres d'intérêts, ses tripes, à s'écouter en somme.

Et par extension, c'est aussi apprendre à ne plus écouter quiconque croit mieux vous connaître que vous-mêmes.

L'excitation dans les tripes, c'est tout de même une sensation vachement personnelle.

L'attention

Nos technologies modernes sont un formidable moyen d'augmenter notre capacité à apprendre.

Nos technologies modernes sont un formidable moyen de nous empêcher d'apprendre.

"The gift and the curse." disait Kevin Hart chez Joe Rogan.

Tout n'est qu'une question d'équilibre. Si un constant learner semble obsédé, mentalement absent, c'est qu'il est plus attentif à ses pensées qu'à la présence d'autrui autour de lui. Paradoxalement, son manque d'attention en communauté est probablement dû à l'extrême attention dédiée à son domaine.

L'attention, la concentration, ça se développe. Il existe d'ailleurs de nombreuses techniques pour en augmenter l'intensité, comme la technique Pomodoro pour ne citer qu'elle. Mais ces techniques relèvent davantage de l'astuce quand on les compare à l'attention qu'offre la passion.

Et si le domaine ne nous passionne pas ?

Je pense qu'il est davantage question de perception que de domaine à proprement parlé. En fonction de l'angle avec lequel vous attaquez un domaine, l'image que vous en avez peut changer du tout au tout.

Concrètement, cela s'appelle faire des liens. Je n'aime pas la politique (plus), mais je trouve qu'étudier le comportement des politiciens est passionnant. Je n'aime pas la finance spéculative, mais comprendre le milieu dans lequel évolue les spéculateurs m'intéresse beaucoup. Je n'aime pas Kim Kardashian, mais comprendre comment une famille a développé une image de marque si forte est extrêmement intéressant.

Oh et tant que j'y pense, je trouve que certaines personnes n'ont rien d'intéressant à dire, mais comprendre pourquoi elles parlent est intéressant. Donc, finalement, tout le monde peut être intéressant. Fin de la parenthèse.

Ne jamais faire semblant

La passion, l'attention, la curiosité, ce sont des choses avec lesquelles on ne triche pas. Il n'y a pas de filtre pour embellir son intérêt.

Pourtant, pour l'animal social que nous sommes, il est difficile d'être vrai dans un monde rempli d'apparences, de perception et de jugement d'autrui. Mimer le comportement d'un autre, d'un groupe, c'est aussi la meilleure manière de ne pas en être exclu.

Etre vrai, être soi, être passionné, c'est prendre le risque de déplaire. C'est tout aussi fondamental que difficile, et à ce niveau, nous n'avons pas tous évolué dans un contexte égalitaire.

Parlons quelques secondes d'éducation

Certains ont eu la chance de recevoir une éducation leur insufflant une confiance en eux suffisante pour être vrai très tôt. D'autres, non.

Certains ont eu la chance de recevoir une éducation centrée sur leur personne, d'autres en ont reçu une basée sur les attentes qu'on avait d'eux.

Certains ont eu la chance de grandir en côtoyant leurs héros. D'autres, leurs bourreaux.

Les inégalités sociales ne sont pas qu'une question de classes socio-économiques, mais aussi d'éducation. Et, ne nous voilons pas la face, certains parents ont foiré l'éducation de leurs enfants (j'insiste, qu'ils soient milliardaires ou miséreux).

Mais...

Cela ne signifie pas que l'enfant est foiré. Il peut tout à fait s'en sortir.

Pourquoi je vous parle de cela ?

Parce qu'il n'est pas aisé pour tout le monde de ne jamais faire semblant, et la capacité à l'être est fortement corrélée avec le milieu dans lequel nous avons grandi. Mais malgré cela, je crois profondément et sincèrement que chacun peut l'être, et que cela ne dépend que d'une chose...

Le courage

Peut-être la mère de toutes les vertus.

Il existe une définition du courage que je chéris particulièrement : "Etre fort quand on est faible".

Je l'aime beaucoup car malgré son sens plutôt abstrait, je la trouve pragmatique. Elle est comme un raccourci pour toutes les autres définitions que j'ai lu.

Etre faible, c'est :

  • Avoir peur
  • Avoir la flemme
  • Vouloir fuir
  • Vouloir se taire
  • Ne pas suivre une envie
  • Choisir la facilité
  • Faire un choix à contre-cœur
  • Continuer de subir une personne, un environnement
  • ...

Etre fort, c'est faire ce qui ne nous est pas profitable dans l'immédiat (bien-être, sécurité, liberté, ...) au profit de ce qui nous est profitable dans la vie (fierté, satisfaction, sens, santé, joie, ...)

Etre vrai, c'est avant tout être courageux.

Etre ouvert d'esprit

Je parlais toute à l'heure d'attention et de capacité à regarder un domaine sous différents angles jusqu'à avoir trouvé celui qui nous intéressait le plus.

L'ouverture d'esprit est probablement le meilleur moyen d'appréhender de nouveaux angles. Le constant learner s'intéresse à beaucoup de domaines car il les met presque tous en relation avec ses intérêts.

Mais pour s'y intéresser, il doit avant tout faire preuve d'ouverture d'esprit, ce qui lui permet d'être curieux.

Comment ouvre-t-on son esprit ?

Grande question. Pour la faire courte, je pense qu'il est avant tout question de courage (le schéma commence à se dessiner).

Finalement, une question de sagesse

J'adore cette phrase stéréotypée : Tout est lié.

Elle résume à la fois l'esprit d'un constant learner :

  • Tout est à lier (allié)
  • Tout se lie (lit)

et l'ensemble des caractéristiques qui semblent définir sa mentalité.

Pourquoi la sagesse ?

Là où, il me semble, l'ensemble des religions, philosophes et penseurs s'accordent, c'est que la sagesse n'est autre que la connaissance de soi. Ce n'est pas être vieux, barbu, un peu chiant et pseudo-pragmatique, mais connaître son être.

Si le courage est mère de toutes les vertus, alors la sagesse engendre le courage.

La curiosité, l'attention, être vrai, le courage, l'ouverture d'esprit, je pense que l'ensemble peut constituer le schéma suivant :

  • Etre sage, c'est être conscient de ses forces et de ses faiblesses.
  • Etre courageux, c'est miser sur ses forces, tout en sachant faire face à ses faiblesses.
  • Etre ouvert d'esprit, c'est être fort face à ses préjugés
  • Etre curieux dépend de son ouveture d'esprit (donc de la connaissance de soi)
  • Etre attentif dépend de sa curiosité
  • Etre vrai, c'est avoir la force de ne pas être faible face à la peur d'être vrai (jugements, exclusions, conflits, déceptions, ...)

Et l'ensemble forme les bases de l'état d'esprit d'un constant learner.

Comment en devenir un ?

Alors là, je n'ai aucune réponse-type à vous procurer. Puisque la base est de se connaître, vous devez trouver le chemin par vous-mêmes. Il n'y a aucune méthode, aucune vérité, seulement votre vérité. 

Cependant, garder à l'esprit ces points que je pense fondamentaux est une bonne chose. L'état d'esprit d'un constant learner est davantage une quête qu'un but en soi. Il n'y a pas de fin, pas de destination, seulement un horizon lointain.

Cet article peut vous sembler métaphysique, mais je pense qu'il trouve tout de même sa place dans la pratique. Finalement, le meilleur moyen de développer ses capacités d'apprentissage, c'est d'apprendre à se connaître puis d'agir en fonction de ses découvertes.

J'espère qu'il vous aura aidé, motivé ou à minima, inspiré, qu'il vous aura fait prendre conscience que personne n'est plus important que vous-mêmes, et ce même si vous souhaitez aider autrui.

Aussi, parlez-moi de vos opinions. Etes-vous d'accord avec moi ? Oui, non, pourquoi ? Qu'est-ce qui vous gêne ? Qu'est-ce qui vous plait ? Qu'est-ce qui résonne en vous ou vous fait sortir de vos gonds. Dites-moi, je ferai preuve du maximum d'ouverture d'esprit possible, promis.

Je vous dis à très bientôt !

Valentin Rozé

Envie d'aller plus loin ?
Comment apprendre facilement et efficacement ses cours ? Le guide gratuit !


Valentin
 

Apprendre, c'est bien. Apprendre rapidement et efficacement, c'est mieux. Telle est la philosophie avec laquelle raisonne Valentin et l'origine de Marginal Sup : vous montrer comment acquérir du savoir.

>