4

Etudier un livre de 400 pages en une journée ?

Impossible ?

Je ne vous demande pas de me croire sur parole, mais je vous invite à lire la méthode et à essayer vous-mêmes.

L'idée est souvent répétée, l'Ecole ne vous a jamais appris à apprendre. Si bien que nombre d'étudiants se retrouvent démunis lorsque les vraies quantités de travail arrivent.

Mais savez-vous quelque chose d'encore plus absurde ? L'Ecole ne vous a jamais appris à lire ! Oui, à lire ! 

En CP, vous avez appris à décrypter des symboles qui composent l'alphabet. Et une fois l'exercice maîtrisé, la seule chose qu'on vous a enseignée, c'est de le réaliser plus rapidement.

Je vais préciser tout de suite, ici, je vais parler de non-fiction, de livres qui s'étudient et non de roman ou de poésie. Vous découvrirez alors qu'étudier un livre est davantage une question de méthode et de stratégie que d'intelligence ou de facilité de lecture.

Ce fameux livre de 400 pages, c'est "La semaine de 4 heures", de Timothy Ferriss. Je voulais me pencher dessus depuis un moment, c'est enfin fait. Ça m'a pris 8 heures. 7 heures de lecture, 1 heure d'activités annexes. 

Vous allez vite vous rendre compte qu'il n'y a rien de sorcier, et que chacun d'entre vous peut y arriver.

Première phase : le scan

Savoir ce que l'on cherche

Si vous souhaitez étudier un livre, par définition, c'est autre chose qu'une fiction. Or, bien qu'une fiction se lise du début à la fin avec une attention à peu près constante, ça n'est pas le cas d'un livre d'informations.

Toutes les parties ne se valent pas, et la valeur que vous attribuez à chacune d'entre elles dépend de l'objet de vos recherches.

Pourquoi lisez-vous ce livre ?

C'est la question que vous devez vous poser avant même de l'ouvrir. La lecture sera bien plus aisée une fois que vous aurez un but. Car même s'il est intéressant de lire pour sa culture générale, sans objectif, il est fort probable que le savoir se perde.

Pourquoi ?

  • Vous n'aurez pas de cas concret dans lequel appliquer votre savoir
  • Vous n'aurez pas de raison de rouvrir le bouquin ou simplement d'y repenser

Le savoir doit être sollicité pour être mémorisé.

Etudier le sommaire

Une fois l'objet de votre lecture défini, il vous faut une stratégie. Cela vous servira pour l'étude du livre et pour la prise de notes.

Le sommaire est le meilleur élément pour effectuer cette tâche.

  • A quoi ressemble la structure du livre ?
  • Quelles sont les parties denses ?
  • Quelles sont les parties courtes ?
  • Combien de pages sont consacrées au sujet X ?
  • Etc

Vous ne devez pas répondre précisément à l'ensemble de ces questions, mais avoir une idée générale de ce qui vous attend. De plus cela vous permettra d'effectuer un premier repérage. Vous connaîtrez d'avance les parties qui ne vous parlent pas et celles qui vous intriguent.

A ce propos.

Repérer les parties intéressantes

Un livre, c'est souvent beaucoup de "blabla" pour quelques informations en or.

Très rares sont les livres denses et consistants du début à la fin. Il n'y a qu'à lire les ouvrages de Seth Godin sur le marketing pour s'en rendre compte. Quelques idées fondamentales, qui changeront votre vision des marques, pour beaucoup de reformulations, d'exemples répétitifs, etc.

C'est normal, il y a beaucoup de mise en contexte, de cas concrets. Un livre sans exemple serait indigeste. Mais ces exemples se lisent généralement plus rapidement, tout dépend de votre compréhension des concepts fondamentaux.

Lorsque vous étudiez la structure, vous devez aussi prendre note des parties intéressantes, celles que vous avez envie de lire en premier.

Spoiler Alert : c'est ce que vous allez faire.

Seconde phase : l'acquisition

Commencer par le plus intéressant

La qualité de votre compréhension dépend de votre intérêt pour l'information. Cet intérêt dépend de votre curiosité, autrement dit, de votre envie d'acquérir la connaissance.

La structure du livre ne vous sert pas de guide pour cette acquisition. Elle vous sert de repère pour mémoriser.


Votre stratégie de lecture consiste à lire en premier les parties qui vous intéressent. Peu importe que vous compreniez tout du premier coup ou non, là n'est pas la question, car vous aurez repéré les informations de valeur.

"Le kiff est votre stratégie."

Trop souvent, le plaisir d'apprendre est négligé. Il est pourtant votre moteur le plus puissant, la nitro de votre cerveau. Quand on aime, on ne compte pas. C'est vrai en amour, c'est vrai dans l'apprentissage.

Alors même si les structures scolaires classiques vous ont formatés à considérer l'effort comme plus valorisant que le plaisir, faites l'inverse. L'effort seul est repoussant.

Il y a un autre intérêt à commencer par le plus intéressant. Que vous compreniez ou non ce que ces parties contiennent, elles deviendront vos points de passage. Tout ce que vous lirez ensuite, dans le sens prédéfini du livre, aura pour but de comprendre ces quelques concepts.

Il en sera d'autant plus simple de prendre des notes.

La prise de notes

Car jusque-là, vous n'aviez pris aucune note. 

Ce n'était pas nécessaire, voici un résumé du travail que vous avez accompli jusqu'ici : trouver un but, concrétiser l'envie.

Maintenant, vous êtes prêts à étudier. Pour cela, quelques réflexes et bonnes habitudes.

Tout d'abord, une prise de note n'est pas un résumé du livre. C'est un résumé des informations utiles à la réalisation de votre but. En fonction de ce dernier, la prise de note sera différente. Comme je vous l'ai dit au début de cet article, j'ai étudié "La semaine de 4 heures".

Mais mon but n'était pas le même que les autres. Là où certains voulaient comprendre comment travailler et voyager en même temps, je voulais comprendre les processus d'une muse.

Ma prise de note est donc très différente d'un voyageur en herbes, ou de quelqu'un ayant un emploi.

Il n'y a qu'un cas où la prise de notes est un résumé du livre : si le but de votre étude était de le résumer et de le maîtriser (en vue d'examens par exemple).

Autres caractéristiques d'une prise de notes efficace :

  • Une idée = un mot-clé
  • Vos hypothèses doivent y figurer (car cela vous implique dans le processus)
  • De même pour vos interrogations
  • Elle doit être lisible
  • Structurée (utilisez différentes couleurs, différents formats d'écriture, etc)

Une dernière petite chose, prenez des notes à la main, cela impliquera davantage de canaux d'apprentissage. Plus il y en a, mieux c'est.

Envie d'aller plus loin ?
Comment apprendre facilement et efficacement ses cours ? Le guide gratuit !

Suivre le déroulement naturel du bouquin

Ça y est, vous avez (enfin) le droit de commencer par le début. Vous avez une stratégie, des points de passage, un but et un sens. Vous êtes aussi en possession des bons outils.

Gardez à l'esprit que le but de l'étude est de comprendre et d'apprendre, pas de pouvoir se vanter.

Par exemple :

Alors que j'avais 17 ans, j'ai lu l'essai de Pierre Bourdieu "Sur la télévision, suivi de L'emprise du journalisme". Pourquoi ? Parce que mon professeur de philosophie en avait parlé, et j'adorais ce professeur.

Résultat ?

J'ai lu un livre d'une centaine de pages difficile à digérer dans l'unique but de pouvoir en discuter. Ce qui fut un échec car je n'avais compris que 5% du bouquin. Je n'avais ni stratégie ni but concret.

Si vous ne comprenez pas certains termes, approfondissez-les. J'ai étudié un livre de 400 pages en une journée en partie car l'auteur (Timothy Ferriss) est un pédagogue hors-pair. Mais c'est aussi parce que je possède un autre avantage.

Petit point sur la lecture rapide

Si vous n'avez jamais entendu parlé de cette technique de lecture, en voici un grossier résumé : la lecture rapide consiste à adapter sa vitesse de lecture en fonction de l'intelligibilité et la pertinence d'un propos.

Trop souvent, la lecture rapide est considérée comme une amélioration de la lecture. Mais c'est assez différent.

La lecture "normale", c'est lire à vitesse constante l'ensemble d'un texte en visualisant et subvocalisant la totalité des mots. La lecture rapide, ça n'est pas simplement accélérer.

Je ne vais pas m'éterniser sur ce sujet, d'autant plus que des bouquins ont été écrits à ce propos, mais sachez que c'est un sacré avantage lorsqu'on la maîtrise.

Cependant, voici un petit point par lequel commencer si l'exercice vous est inconnu : lisez rapidement ce que vous avez déjà compris. 

Je vous recommande fortement de vous pencher sur la lecture rapide. Lorsque vous mettez 4 fois moins de temps pour étudier un livre, ça fait la différence. 

Troisième phase : l'encodage

Pourquoi c'est important ?

Comprendre, c'est essentiel, on est d'accord. Mais vient ensuite la mémorisation. Si vous deviez relire un livre chaque fois que vous souhaitiez vous souvenir d'un concept, ce serait fort handicapant.

Il faut donc mémoriser les informations. Mais pas à la va-vite (ou à la lycéenne). Comprendre nécessite du temps et de l'organisation, il en va de même pour la mémorisation.

Ce que je recommande pour les livres, ce sont les Mind Maps. Cela permet de survoler mentalement et rapidement le contenu et de le stocker de manière structurée. Cette opération se fait en plusieurs étapes.

Compresser la prise de notes

Un concept = un mot clé, vous vous souvenez ?

Cela prend tout son sens quand vient le temps de faire votre carte. Déjà, un principe fondamental : il est inutile de mémoriser quelque chose d'incompris (sauf pour un QCM, parce que le QCM est une épreuve débile). 

Il y a une raison évidente à cela : parce que vous ne vous en souviendrez pas. Il existe aussi une raison plus immédiate à ce principe : vous ne réussirez pas à compresser une idée en un seul mot. 

"Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement - Et les mots pour le dire arrivent aisément."
                                                                                                    - Nicolas Boileau-Despréaux

Je vous propose donc un simple exercice à réaliser une fois votre livre terminé :

  • Prenez vos notes
  • Prenez une feuille
  • Résumez chaque concept en quelques lignes sur la feuille
  • Si vous y parvenez, inscrivez un symbole vert à côté du concept
  • Si vous échouez, inscrivez un symbole orange.
  • Une fois tous les concepts passés en revue, revoyez ceux que vous n'avez pas compris

Cet exercice vous permettra de consolider vos acquis et de revoir les concepts non-acquis.

Lorsque vous aurez tout compris, la règle "Un concept = un mot" sera aisée à respecter.

Transformer les notes en Mind Map

Tout comme la lecture rapide, je ne vais pas m'éterniser sur le fonctionnement des Mind Maps, le sujet a été traité de nombreuses fois sur différents sites, si bien que certains y sont même dédiés.

L'intérêt de la réalisation d'une Mind Map est qu'en spatialisant les connaissances sur une feuille, vous les ancrez plus profondément dans votre mémoire.

Prenez le temps nécessaire pour la réaliser, les règles de bases sont :

  • Lisibilité
  • Singularité
  • Colorée
  • Structurée

Par exemple, je vous invite à lire cet article excellent de Cyril Maître.

Quatrième phase : la rétention

Même un livre se révise

Vous n'y échapperez pas.

De plus, si l'étude et la mémorisation peut se faire en une journée, la rétention (ou la consolidation) prend plusieurs jours, même si cela prend peu de temps.

Pourquoi ?

La réponse est simple. Pour vulgariser, la mémoire ne retient que deux choses :

  • Ce qui implique émotionnellement l'individu
  • Ce à quoi l'individu est régulièrement confronté

Alors, à moins que vous ayez vécu des ascenseurs émotionnels devant votre bouquin de physique quantique, vous allez devoir répéter l'information.

Evidemment, ce que je raconte ici, ce sont les grandes lignes, les grands principes. Il est bien plus efficace d'appliquer sur le terrain que de revoir sa Mind Map. Mais c'est à vous de définir vos possibilités.

Je vous pose ici la pyramide de l'apprentissage :

Vous voyez ? Privilégiez la transmission et l'application du savoir. Cependant, avoir une Mind Map de son bouquin en tête, c'est toujours un avantage pour en parler.

Voici comment faire.

Quand et comment réviser ?

Tout d'abord, comment allez-vous réviser une Mind Map ?

Il ne suffit pas d'y jeter un coup d’œil. Rappelez-vous, pour consolider l'acquisition d'un concept, il faut le solliciter. Sinon, le savoir se perd (c'est d'ailleurs la raison principale de l'oubli quasi-intégral des concepts vus à l'Ecole).

Pour réviser, vous allez essayer de vous souvenir mentalement de votre Mind Map dans ses moindres détails. Chacun d'entre eux représente un concept, faites-en un résumé mental.

Réalisez sérieusement l'exercice. C'est plus rapide que vous ne croyez (vous pensez plus rapidement que vous écrivez). En fonction du livre, cela peut prendre entre 5 et 15 minutes.

Une fois l'exercice terminé, regardez votre Mind Map et vérifiez si tout était présent. Attardez-vous sur les concepts oubliés. Pareil, l'exercice est rapide : entre 5 et 15 minutes. Ce qui nous donne 30 minutes maximum pour consolider une première fois l'entièreté d'un ouvrage.

Combien de fois devez-vous effectuer cet exercice ?

Mes recommandations :

  • Une fois le soir-même de l'étude
  • Une fois le lendemain
  • Une fois une semaine plus tard

A partir de là, refaites l'exercice une semaine plus tard si votre dernière restitution mentale était incomplète. Si celle-ci était complète, refaites simplement l'exercice un mois plus tard, pour la forme.

Vous avez la méthode, et maintenant ?

Passez à l'action !

Cette méthode se résume en 4 lois :

  1. Omettre le facultatif
  2. Se concentrer sur le concret
  3. Structurer pour retrouver
  4. Répéter pour mémoriser

Par quoi pourriez-vous commencer ? Et si vous mémorisiez cette méthode ? Vous l'avez déjà lu une fois, vous avez compris les principes (j'espère, sinon c'est que je fais mal mon travail), il ne vous reste qu'à passer l'article en revu en prenant note des grandes étapes, de les stocker dans une petite Mind Map et de la revoir.

Facile, non ? De plus, c'est rapide.

Dans tous les cas, j'espère que cet article vous aura été utile. Si vous avez la moindre question, posez-la en commentaire et je vous répondrai. Si l'article vous a plus, vous avez aussi le droit de me le dire ;).

Je vous dis à très bientôt ! Et surtout, n'oubliez pas : La lecture, c'est l'aventure ! (Ceux qui ont la ref, respect).

Envie d'aller plus loin ?
Comment apprendre facilement et efficacement ses cours ? Le guide gratuit !
Valentin
 

Apprendre, c'est bien. Apprendre rapidement et efficacement, c'est mieux. Telle est la philosophie avec laquelle raisonne Valentin et l'origine de Marginal Sup : vous montrer comment acquérir du savoir.

  • audrey dit :

    merci pour cet article Valentin, j’y retrouve beaucoup des stratégies que j’ai utilisées mais sur lesquelles je ne mettais pas de mots. Je vais m’en inspirer pour soutenir mes élèves 🙂

  • >